Rencontrez le Grand Maître G. Sean Metroka

Membre de plusieurs loges des contreforts de la Sierra, le Grand Maître G. Sean Metroka explique comment ses expériences passées éclairent son point de vue sur la franc-maçonnerie et ce qu'il considère comme l'avenir de la fraternité.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Le voyage sur Grand Line prend généralement quatre ans, culminant avec un mandat de Grand Maître des Maçons, s'il est élu. Mais pour le Grand Maître G. Sean Metroka nouvellement installé, cela ressemblait davantage à une vie passée dans la maçonnerie jusqu’à ce moment. 

Grand Maître G.Sean Metroka

Metroka, membre de plusieurs lodges des contreforts de la Sierra, dont Nevada n ° 13, fut initié à la maçonnerie à Table Mountain n ° 124 au Paradis en 1979, comme son père avant lui. Mais il dit que son zèle pour la fraternité remonte encore plus loin, à son enfance passée dans DeMolay, où il est devenu un conseil principal de son chapitre et de sa division. À seulement 21 ans, il est devenu conseiller du chapitre adulte du groupe et, des années plus tard, il a contribué au lancement du North Star chapitre à Nevada City. Au total, il a reçu les plus hautes distinctions de l'ordre, notamment le degré de Chevalier, la Croix d'honneur et la Légion d'honneur DeMolay, et a reçu en 2018 le Prix de soutien à la jeunesse du Grand Maître. 

Après plus de 30 ans dans les Marines américains et une deuxième carrière en tant que directeur général de la cour supérieure de l'État du comté du Nevada, Metroka a été profondément impliqué dans la maçonnerie, en tant que maître de loge pour le Nevada n°13, Harmonie n° 164, et en tant que secrétaire adjoint pour la chaîne de montagnes n°18, ainsi que dans un certain nombre de postes de district et d'État au sein de la fraternité et dans plusieurs conseils et comités de la Grande Loge. Ici, le nouveau grand maître explique comment ses expériences passées éclairent sa vision de la franc-maçonnerie et ce qu'il considère comme l'avenir de la fraternité. 

Franc-maçon de Californie : Je comprends que vous avez servi dans les Marines pendant 32 ans, notamment en Irak et au Koweït. Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous enrôler dans l’armée ? 
Grand Maître G. Sean Metroka : J'ai décidé d'entrer dans l'armée parce que je voulais devenir pilote ; Je voulais voler. Et mon père qui était dans l'armée en Corée dans les années 50. Il m'a toujours encouragé à envisager l'armée parce qu'il l'aimait tellement. Je suis tombé dans le Corps des Marines parce que j'avais un recruteur astucieux. Je voulais vraiment rejoindre l'Armée de l'Air. Mais quand j’en ai appris davantage sur le Corps des Marines, j’ai fait ce choix. J'ai servi la plupart de mon temps comme officier d'artillerie. J'ai été déployé deux fois en Irak, puis mobilisé et déployé au Koweït en 2002 pour aider à planifier l'invasion, puis lorsque nous avons envahi, je suis allé en Irak en 2003 et je suis revenu en 2006.  

CFM: Et vous avez grandi au paradis, n'est-ce pas ? Vous avez dû être inquiet lors des incendies là-bas. 
Métroka : J'étais très préoccupé par Table Mountain Lodge lorsque le Le feu de camp a détruit cette ville, non seulement à cause de mon lien avec le lodge, mais aussi parce que j'avais encore de la famille qui y vivait. Ma mère a perdu sa maison. Mon frère et sa femme ont perdu leur maison et leur entreprise. Trois jours après l'incendie, un autre maçon et ami à moi, qui travaillait pour le gouvernement à l'époque, a pu m'emmener en ville pour évaluer les dégâts, et j'ai été ravi de passer par Table Mountain Lodge et de voir qu'il est toujours debout. 

G. Sean Metr
G. Sean Metroka est installé comme Grand Maître des Maçons de Californie.

CFM: Vous êtes actuellement maître de l'Harmony Lodge n°164 à Sierra City, en plus d'être Grand Maître. Qu'est-ce que ça fait de jongler entre ces deux emplois ?  
Métroka : Si seulement c'était deux. (En riant) C'est vraiment beaucoup plus, mais c'est une autre histoire.  

CFM: Qu’appréciez-vous le plus dans ce lodge ? 
Métroka : Il y a de nombreux aspects des lodges auxquels j'appartiens qui sont uniques, presque pittoresques, et que j'apprécie vraiment. Sierra City est une ville de 225 habitants – elle est vraiment trop petite pour accueillir une loge maçonnique. Mais nous aimons ce lodge parce qu'il est petit. Nous voyageons tous à partir de deux heures et demie de distance. Et quand on y va, on a l'impression de remonter dans le temps. Le bâtiment est vieux ; il a été construit en 1863. C'est un peu le renfermé. Il n'y a pas de chaleur. Il y a à peine des lumières électriques. Mais cela rappelle en quelque sorte une époque où la franc-maçonnerie commençait tout juste en Californie. Et nous pensons qu'il vaut la peine d'être préservé.  

CFM: Votre père était maçon aussi, n'est-ce pas ?  
Métroka : Oui il l'était. Mais la véritable raison pour laquelle j’avais hâte de rejoindre la franc-maçonnerie était l’influence des conseillers de DeMolay qui m’ont encadré. Il y avait beaucoup d'hommes qui n'avaient pas d'enfants dans le chapitre et qui donnaient de leur temps, de leur énergie et de leur intérêt aux jeunes hommes qui en étaient membres et je voulais être comme eux. C’est ce qui m’a vraiment motivé.  

CFM: Et depuis, vous êtes très impliqué dans les ordres de la jeunesse. 
Métroka : J'ai. En fait, presque à partir du moment où j’ai été élevé comme maître maçon, le conseil consultatif du chapitre m’a nommé conseiller du chapitre. Je n’avais que 21 ans, ce qui était trop jeune pour être un conseiller efficace. Je n'ai fait cela que pendant une courte période parce que je suis entré en service actif dans les Marines peu de temps après. Mais lorsque mes fils sont devenus assez vieux pour rejoindre DeMolay, je me suis associé au maître du Nevada n°13 et à plusieurs autres DeMolays seniors et j'ai fondé un nouveau chapitre à Nevada City. Et je continue à ce jour d’être conseiller pour ce chapitre. 

Faire briller la lumière de la franc-maçonnerie par G. Sean Metroka

CFM: Votre thème pour l’année est « Partager la lumière de la franc-maçonnerie ». Qu'est-ce que cela signifie?
Métroka : Je pense qu'il est important que notre fraternité soit mieux connue et mieux comprise, non seulement dans notre État, mais dans le monde entier. Et je pense que si nous aidons les gens à vraiment comprendre ce qu'est la franc-maçonnerie et pourquoi c'est une bonne chose, nous serons en mesure de faire plus de bien, et davantage de bonnes personnes viendront nous voir pour devenir membres.  

Alors tout d'abord, je souhaite achever la mise en œuvre de notre Plan Fraternité 2025. Les trois piliers du plan soutiennent directement ce thème. Je veux aussi que nous changions la façon dont nos loges interagissent avec notre jeunesse maçonnique. Lorsque j'étais membre de DeMolay, tous nos conseillers étaient maçons. Or, très peu de nos conseillers sont maçons ; ce sont pour la plupart des parents. Et je veux que nos loges prennent mieux soin de leurs membres. Malheureusement, nous avons l'habitude de perdre le contact avec nos membres, puis de les suspendre après un certain temps parce que nous avons perdu le contact et qu'ils n'ont pas payé leur cotisation. Il y a certaines choses que nous pouvons y corriger. 

CFM: Selon vous, quel est le bien que fait la franc-maçonnerie ? 
Métroka : La franc-maçonnerie est une institution qui promeut une vie morale et honnête. Elle favorise l’harmonie, la fraternité, certainement le soulagement et la vérité. Toutes ces choses sont nécessaires dans notre société pour que nous puissions vivre libres et en paix. Et je pense que si davantage de gens comprenaient que la franc-maçonnerie se concentre sur ces vertus et peut être appliquée au bien-être des personnes qui n’en sont pas membres, ils viendraient à nous. Il y a tellement de choses incomprises sur la franc-maçonnerie. Les gens restent à l'écart ou disent : Oh non, je ne veux rien avoir à faire avec ça. Si nous pouvons communiquer plus clairement ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons, les gens nous accueilleront et voudront venir nous rejoindre. 

CFM: Comme vous, beaucoup de maçons ont une formation militaire. Pourquoi pensez-vous que cette connexion est si puissante ? 
Métroka : J'ai trouvé de nombreuses similitudes entre mon service militaire et mon appartenance à la maçonnerie. En fait, lorsque je suis revenu de mon dernier déploiement en Irak, j'ai commencé à ressentir de graves effets néfastes à cause de ce service de combat. Et dans une grande mesure, j’ai trouvé un soulagement dans la loge maçonnique. Les choses que j'ai vécues et les choses que j'ai perdues, j'ai pu les surmonter grâce aux amitiés que j'avais avec mes frères, dont beaucoup n'étaient pas des vétérans, mais certains l'étaient. Et je pense que c'est parce que j'ai un très haut niveau de confiance en mes frères et que j'ai pu m'ouvrir à eux d'une manière dont je ne me sentais pas à l'aise de m'ouvrir aux autres. Je pense donc qu’il existe un véritable lien naturel entre des organisations comme la franc-maçonnerie et les anciens combattants. 

CFM: Vous avez mentionné avoir été déployé en Irak en 2003. Je suppose que cela signifie que vous assistiez à des combats actifs à cette époque.
Métroka : Au cours de ce déploiement, alors que j'étais à Babylone, j'ai été promu colonel. Et donc mon expérience serait très différente de ce que vous pourriez imaginer vivre par un caporal privé de première classe ou un caporal suppléant portant un fusil. Mais on m'a tiré dessus à plusieurs reprises. En fait, parfois, alors que j'étais dans les airs dans un hélicoptère, on me tirait dessus. J'ai donc vu beaucoup de morts et de destructions, ce qui ne peut que vous affecter.   

CFM: Qu’est-ce que vous pensez avoir retenu d’autre de votre service ? 
Métroka : Je suis content que tu aies demandé ça. J’ai retiré de mon service une compréhension beaucoup plus claire et plus profonde de l’essence de l’humanité, à la fois bonne et mauvaise. J'ai appris que nous avons tous la capacité de faire le mal. Nous avons tous la capacité d’être des personnes horribles. Mais en raison de notre éducation, de notre environnement et de notre désir de faire le bien, nous choisissons la voie alternative. Certaines personnes ne le font pas. Mais dans l’ensemble, les gens que j’ai rencontrés en Irak, au Koweït, à Bahreïn, en Extrême-Orient, nous sommes tous très semblables. Nous voulons tous les mêmes choses. Nous voulons un endroit décent où vivre. Nous voulons un moyen raisonnable de gagner notre vie. Nous voulons que nos enfants reçoivent une éducation. Nous voulons vivre en paix et ne pas être tyrannisés par notre gouvernement ou par qui que ce soit d’autre. Nous voulons surtout le bonheur. Et je pense que cela est vrai pour les êtres humains, quelles que soient leurs circonstances et leur pays.  

CFM: Selon vous, à quoi ressemblera la maçonnerie dans un avenir proche ? 
Métroka : Je commencerai par dire ceci : c'est une idée fausse très répandue que la franc-maçonnerie ne change jamais. En fait, la maçonnerie a évolué depuis sa création, et elle a continué à évoluer à mesure que la société progressait pour répondre aux besoins de la société de l’époque. Ainsi, à l’avenir, la franc-maçonnerie sera très différente de ce qu’elle était, même avant la pandémie. Nous savons que la situation a beaucoup changé depuis la pandémie ; nous modernisons de nombreuses façons de communiquer, de rencontrer et d'interagir avec le public. 

Ce qui, je pense, va se produire dans le futur pour la franc-maçonnerie, c'est que toutes les différentes traditions de la franc-maçonnerie, dont certaines sont très différentes des nôtres, commenceront à se rassembler. Ils commenceront à communiquer les uns avec les autres et à travailler ensemble pour le bien commun. Donc ce dont je parle, c'est qu'en Californie, il existe probablement 20 traditions maçonniques différentes. Les trois principaux sont nos Grande LogeGrande Loge Prince Hall de Californie, et la Grande Loge d'Iran en exil. Mais il y en a bien d’autres. Et la plupart d’entre eux font de grandes choses. Si nous nous réunissons tous, si nous nous reconnaissons et apprenons à nous connaître, puis si nous travaillons ensemble là où il y a des besoins à satisfaire, tout le monde en bénéficiera. Je pense que ce changement est en vue. 

—Entrevue par Ian A. Stewart